Archives de la catégorie ◊ Conférences ◊

Auteur :
• 21 janvier 2012

Bonjour,

Le nouvel an chinois sera fêté à la MJC du Laù à PAU le dimanche 29 janvier prochain. A cette occasion, le transmetteur de la Voie du Zen, Monto dé Patso, a été invité à faire une conférence à 14 h. Celle-ci se voudra humoristique et sera illustrée par la projection de compositions du célèbre dessinateur et écrivain espagnol José Santos Nalda Albiac.

Vous pouvez retrouver de plus amples informations ici : http://www.associe.org/#/fete-du-nouvel-an-chinois/3937884 .

Je vous souhaite une excellente journée.

Djamel

Auteur :
• 21 octobre 2011

Bonjour,

Avec un peu de retard, voici toutes les dates des conférences pour la saison 2011-2012.

Pour mieux vous accueillir, pensez à vous inscrire ici.

Dates Thèmes Lieux
Septembre : 20 de 20 h à 22h30 La bio conscience et son utilité. Dôjô Voie des Hommes,  8 rue Claude Gonin, 31400 Toulouse
Septembre : 24 à 20 h 30 Définir la Voie et ses objectifs. Temple de la Paix Infinie, Centre Zen des Pyrénées, 64290 Lasseube
Septembre :  30 à 20 h 30 Les « arts martiaux » et leur utilité. Mezibori     République Tchèque
Octobre : 1er à 20 h 30 Le zen, un outil spirituel concret pour construire la paix
Octobre : 22 à 20 h 30 Le corps, lieu des ressources cachées. Dôjô Voie des Hommes,  8 rue Claude Gonin, 31400 Toulouse
Octobre : 29 à 20 h 30 Quel esprit et quel comportement pour devenir Disciple d’une Voie ? Temple de la Paix Infinie, Centre Zen des Pyrénées, 64290 Lasseube
Novembre : 5 à 20 h 30 Les mémoires des traumatismes inscrite dans le corps. Dôjô Fleur de Bambou, 12 avenue de Gibraltar.  Saint Palais
Novembre : 26 à 20 h 30 Le bonheur et le Bonheur, égotisme ou infini ? Temple de la Paix Infinie, Centre Zen des Pyrénées, 64 Lasseube
Décembre : 10 à 20 h 30 Finir un cycle pour s’ouvrir d’autres horizons.
Janvier : 7 à 20 h 30 Le sens des gestes et des comportements.
Janvier : 28 à 20 h 30 Qu’est-ce que l’Eveil, aujourd’hui, dans notre société ?
Février : 25 à 20 h 30 La loi de cause(s) à effets, le karma peut-il être effacé ?
Mars : 24 à 20 h 30 La conscience des paroles a prononcer.
Avril : 28 à 20 h 30 Le comportement conscient.
Juin : 2 à 20 h 30 La conscience des actes.
Juin : 30 à 20 h 30 Des moyens à éveiller pour une vie choisie.
Août : 11 à 20 h 30 Esprit clair, esprit neuf : les propositions du Zen Vékidjo.
Auteur :
• 3 septembre 2011

Le 17 septembre prochain, le Centre Zen des Pyrénées fêtera ses 20 ans d’existence.

A l’occasion de cet événement, un énorme gâteau sera partagé entre toutes les personnes qui nous rejoindront. Ce sera l’occasion de visiter ce lieu qui allie la simplicité, l’authenticité et délivre, à travers l’arrangement du jardin, des messages essentiels, à la manière des Maîtres Zen (dispositions de pierres, stances, parfums de fleurs, etc.). C’est un peu comme un parcours initiatique inspiré des traditions orientales, adapté et actualisé pour répondre aux Occidentaux d’aujourd’hui, une application de l’ « Ici et maintenant » pour le « Partout et toujours ».

Et comme toute chose évolue, ce lieu est arrivé à maturité, il s’avère en fin de vie. Déjà le projet d’un nouveau Centre Zen est en cours, répondant mieux aux besoins d’accueil et aux conditions d’évolution. La maquette de cette « Université Être Occident Orient » sera dévoilée pour la première fois au public, à l’occasion de cet après-midi  du 17 septembre.

Rendez-vous donc sur place, vous y découvrirez ce qui existe déjà près de chez vous et ce que vous  trouverez bientôt, mis en place pour accompagner l’être humain sur son chemin d’évolution et dans son quotidien.

Auteur :
• 27 juin 2011

Synthèse colloque du FIPAM, Société et Violence, tenu à Paris, 1, 2 et 3 avril 2011

Une centaine de personnes ont participé à ce colloque. Elles sont  venues des quatre coins de  la France,  d’Espagne, de Suisse, de Russie  et du Québec. Ce texte se veut davantage un partage de mes notes prises  en vrac plutôt qu’un résumé exhaustif du colloque. Je demeure le seul  responsable des interprétations concernant les allocutions et je  m’excuse à l’avance de mes omissions et biais auprès des conférenciers.

Le  colloque était organisé à la hauteur d’un colloque international :  qualité de l’accueil, des conférenciers, des échanges, de l’amphithéâtre  et la proximité d’une station de métro. Une vingtaine de conférences  ont été présentées en lien avec le thème du colloque : Violences et  société. Les organisateurs ont privilégié la formule en amphithéâtre  avec  un exposé de 45 minutes et un échange avec l’auditoire de 15  minutes.  La formule était adéquate tenant compte du thème retenu et du  nombre de participants.

La conférence d’ouverture de M.  Said a mis la table sur une définition de la violence, ses causes et ses  formes plus spécifiques dans les entreprises et les quartiers  identifiés à risques ou sensibles. Au cours du colloque différentes  perspectives théoriques ont été présentées : philosophique, éthologique,  historique, ethnographique, scientifique, thérapeutique, politique,  sportive, psychologique, sociologique et pragmatique.

M.  Henry Plée, pionnier dans l’introduction des arts martiaux en France, a  rappelé l’importance d’une approche éthologique pour comprendre  l’agressivité. Il a insisté sur le fait que la pratique des arts  martiaux vise  comme finalité l’épanouissement de la personne et la  recherche de paix. Mme Marie Savary a présenté la pensée de Paul  Chauchard qui a établi des liens entre l’éducation du système nerveux et  le zen.

Mme Véronika Buteyho s’est située sur une trame  historique pour montrer que la comparaison des problèmes de violence présents et passés ne peut faire l’économie de pratiques  d’autorégulation sociale.

Mme Jacqueline Bousquet a établi  un lien entre la physique quantique et la pratique des arts martiaux en  s’appuyant sur l’éveil  de nouvelles consciences, la science, la  tradition et le besoin « d’éplucher » l’égo.

M. Christophe Champclaux, a introduit, le vendredi soir, le film Opération Dragon dans sa version complète et inédite.

M.  Antoine Laborde qui a dû se désister à la dernière minute, s’est fait   remplacer par un orateur qui a montré les messages contradictoires que  nous véhiculons dans notre société et l’importance de la cohérence entre  nos paroles et nos actes.

Mme Dominique Campagna a  insisté sur le défi de créer des espaces pour entendre les jeunes. À  titre de thérapeute, elle a mis l’accent sur un passage par le corps pour ouvrir la dimension cognitive de l’être.

M. André  Cazetien a témoigné comment l’engagement social et les valeurs  humanistes ont contribué à la création d’une cité conviviale, dans le  Sud-Ouest de la France, où le respect, la démocratie, la justice  sociale, le dialogue, la fraternité et la solidarité s’actualisaient  dans les relations quotidiennes.

M. Jean-Marc Epelbaum a  présenté la réflexion d’un comité de l’ONU sur la non-violence au niveau  local. Il a tenté d’établir des liens entre ce comité et  son  expérience en aïkido.

M. Éric Phelippot a témoigné de  son expérience de sécurité urbaine à partir d’une agence privée. Son  exposé a illustré le défi que représente la gestion de la violence au  quotidien. Le recadrage du violent potentiel indique que ce dernier  ressemble à monsieur ou madame tout le monde et pas seulement à des  jeunes. La dernière foire de Tour, lui a permis de donner un exemple  percutant. Sur dix jours de festivités son service de sécurité est  intervenu dans 138 incidents. La pratique des arts martiaux, pour  lui   et ses employés, permet d’anticiper et de prendre des  coups, de tenter  de désamorcer les escalades vers la violence et d’assurer la sécurité du  plus grand nombre.

M. Jacques Vieillard a analysé la  relation entre le sport et la violence. À l’aide de tableaux  statistiques, de vidéos et d’images, il a démontré qu’il s’agit d’un  phénomène en croissance qui se manifeste sous diverses formes. Les  solutions efficaces demanderont des actions concertées à plusieurs  paliers : clubs, ligues, fédérations sportives, élus politiques,  citoyens, etc…Un engagement et  une responsabilité collective   s’avèreront incontournable   si nous avons une   volonté réelle  d’enrayer ce problème social. M. Serge Mairet a témoigné de l’apport des  philosophies orientales pour parvenir à une société plus pacifique. Des  principes comme le calme, l’harmonie, le relâchement, l’énergie (ki) et  le contrôle de l’esprit peuvent combattre la crainte d’autrui et  permettre l’ouverture à l’inconnu.

M. Pascal Le Rest, a  sans hésitation volé la vedette parmi les conférenciers. Ses talents  d’orateur et de comédien ont  su, à partir d’une description du mode de  vie d’une tribu de chasseurs-cueilleurs d’Amazonie, dégager l’importance  des rituels pour passer de l’enfance à l’âge adulte.  Ces repères  demeurent essentiels pour forger l’identité. Quels effets produisent nos  sociétés en perte de repères ? En conclusion, il insistait pour ne pas  oublier que les violences institutionnelles ( par exemple : des banques  et des empires financiers) demeurent  les principales responsables de  l’état des sociétés actuelles. Le rôle d’intervenant social dans ce  contexte en mouvance, il le perçoit comme celui d’un « passeur » qui  accompagne des êtres en devenir.

M. Charles Aubert a  témoigné comment sa pratique des arts martiaux avait modifié sa manière  de composer avec les événements de la vie.

M. Gérard Baron  a insisté sur le fait que la pratique des arts martiaux vise  principalement la maîtrise de soi. La violence est enfouie en chacun de  nous ce qui demande de prévenir les abus de pouvoir. Un passage à  l’action lui paraît nécessaire c’est pourquoi il travaille présentement à  l’élaboration d’une charte des arts martiaux pour éviter les dérapages.

M.  Omar Zanna a illustré comment une expérience de la douleur  corporelle  peut aider à prévenir la violence. Cette mise en scène de la douleur  entre pairs délinquants à partir d’activités physiques permet d’accéder  progressivement à une empathie socialisante pour reconnaître autrui. Mme  Mireille Grosjean a expliqué comment l’espéranto et l’aikido  représentent des langages universels. Ces moyens d’expression peuvent  faciliter le respect mutuel, la conformité à des règles et la recherche  de paix.

M. Jacques Hébert a discuté de l’orientation  donnée à ses expériences d’enseignement d’un art martial pour qu’elles  fassent  du sens au plan psychosocial. L’enseignement vise comme  finalité l’adoption de valeurs et de conduites pacifiques en canalisant  l’agressivité dans une voie positive. Un des enjeux consiste à    s’assurer de  transmettre ces notions.  Un constat ressort de plus en  plus des évaluations scientifiques, en plus de la  dimension technique,  l’enseignant doit introduire des éléments moraux et philosophiques  rattachés à ces disciplines sinon il augmente l’agressivité négative des  élèves. Ce dernier doit aider les pratiquants  à saisir l’importance de  pratiquer ces principes autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du dojo.  Des exemples sont venus illustrer  des façons de concrétiser des  animations dans ce sens.

En s’appuyant sur l’histoire de zazen, M. Daniel Lazennec a présenté une réflexion sur la manière de transformer l’égo à partir du zen pour  parvenir à un état de paix, de bonheur et d’amour. Il a mis l’accent sur  les notion d’équilibre, de vide et de tranquillité d’esprit qui  conduisent à l’impermanence. Messieurs Thierry Plée et Jacques Hébert  ont dégagé, en séance de clôture, quelques constats et interrogations.

La  violence renvoie à  une construction sociale. Elle représente une  notion relative en fonction du contexte social. Plusieurs définitions de  la violence se côtoient en fonction de choix théoriques et politiques.  Ces choix ne sont pas neutres et ils restent au centre des rapports  sociaux. Les  frontières  entre le permis et  l’interdit  ne sont pas  toujours évidentes à cerner et le système judiciaire ne peut tout  baliser. La violence peut prendre plusieurs formes : physiques,  psychologiques, sociales, politiques et institutionnelles. Certaines  violences sont davantage identifiées pour mieux en camoufler d’autres.  Sortir du cercle vicieux de la violence demandera une mobilisation  citoyenne au plan local et global.

L’objectif principal  des arts martiaux dans ce contexte vise à canaliser l’agressivité dans  une voie positive. Quelles conditions doivent être mises en place pour  respecter cette orientation ?  Cette contribution en vaut-elle la peine  dans un monde de plus en plus en manque de repères ? Que sommes-nous  prêts  à  mettre en place comme société pour assurer à chaque citoyen  des conditions de vie où  l’égalité, la sécurité, le respect, la dignité  et la justice sociale donneront un sens à son existence ?  À quand une  société misant sur l’intégration sociale de tous plutôt que l’exclusion  de plusieurs couches de la population ? L’exclusion représente  probablement  une des formes de violence des plus pernicieuses qu’il  faudra combattre pour bâtir un monde plus pacifique.

Thierry  Plée a conclu en présentant la mission, les buts et les sources de  financement de la FIPAM. Il a insisté sur le fait que cette nouvelle  association permet des contributions qui facilitent aux donateurs de  réductions significatives au niveau de leurs impôts. Il a souligné le  dévouement du comité organisateur et des bénévoles et il a remercié les  conférenciers et les participants pour la  réussite de ce colloque.

Par Jacques Hébert, professeur, École de travail social, Université du Québec à Montréal.

Auteur :
• 15 février 2011

Bonjour à toutes et à tous,
Monto de Patso animera durant les prochains mois tout un cycle de conférence.
Retrouvez ci-dessous les lieux, les dates et les thémes de ces conférences.
Pour toute inscription ou pour tous renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.
Très respectueusement.

Voici un classement des conférences par dates:

  1. 15 janvier : 20 h à 21 h 30 « L’atout majeur du Zen pierre angulaire des Budô et Buheiwa ». Saint Palais, Dôjô du Bambou, rue de Gibraltar :
  2. 5 février : 20 h à 21 h 30 : « Zen, Yoga, Arts martiaux, objectif : évolution », suivie de la pratique de la méditation Vékidjo. Anglet, salle Samadhi, Bio Coop Parme, avenue d’Espagne,
  3. 18 février : « Le Zen Vekidjo : une Voie initiatique contemporaine », suivie de la pratique de la méditation Vékidjo. Orthez, atelier Equilibre, 13 avenue Aristide Briand :
  4. 19 février à 20H30 : « Comprendre les comportements humains, naissance de la compassion ? » Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
  5. 26 mars à 20H30 ; « Notre conscience peut-elle évoluer ? » Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
  6. 3 avril à 17h45 : « Transformer l’ego, de tyran aveugle ou éclairé en serviteur de la Paix et de la compassion ». Cette conférence, réunissant une vingtaine d’intervenants, se tiendra au sein du premier colloque international du FIPAM « Violences et société » des 1, 2 et 3 avril. Paris, amphithéâtre jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, 75002 :
  7. 9 avril : « Apprendre le calme et optimiser la qualité de ses relations.» Toulouse, Dôjô du dragon vert, rue Ernest Jeanbernat :
  8. 30 avril à 20H30 : « Le sixième sens, cet inconnu ». Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
  9. 14 mai à 20H30 : « Développer l’esprit du pratiquant ». Saint Palais, Dôjô Coeur de Bambou, rue de Gibraltar :
  10. 24 mai : « les conséquences de la Voie du ZEN au quotidien. » , précédé de la pratique de la méditation Vékidjo. Toulouse, Dôjô du dragon vert, rue rue Ernest Jeanbernat :
  11. 4 juin à 20H30 : « La méditation, un accès à une autre conscience ? ». Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
  12. 2 juillet à 20H30 : « Homo Sapiens, une des espèces sur Terre, rapport des Hommes et du reste de la Nature : l’interdépendance. ». Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
  13. 12 août à 20H30 : « Développer l’écoute pour mieux communiquer, être avec son prochain et partager ». Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :

Voici un classement des conférences par villes :

  1. Saint Palais,  Dôjô du Bambou, rue de Gibraltar :
    1. 15 janvier : 20 h à 21 h 30 « L’atout majeur du Zen pierre angulaire des Budô et Buheiwa ».
    2. 14 mai à 20H30 : « Développer l’esprit du pratiquant ».
  2. Anglet, salle Samadhi, Bio Coop Parme, avenue d’Espagne, 5 février : 20 h à 21 h 30 : « Zen, Yoga, Arts martiaux, objectif : évolution », suivie de la pratique de la méditation Vékidjo.
  3. Orthez, atelier Equilibre, 13 avenue Aristide Briand : 18 février : « Le Zen Vekidjo : une Voie initiatique contemporaine », suivie de la pratique de la méditation Vékidjo
  4. Paris, amphithéâtre jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, 75002 : 3 avril à 17h45 : « Transformer l’ego, de tyran aveugle ou éclairé en serviteur de la Paix et de la compassion ». Cette conférence, réunissant une vingtaine d’intervenants, se tiendra au sein du premier colloque international du FIPAM « Violences et société » des 1, 2 et 3 avril.
  5. Toulouse, Dôjô du dragon vert, rue Ernest Jeanbernat :
    1. 9 avril : « Apprendre le calme et optimiser la qualité de ses relations.»
    2. 24 mai : « les conséquences de la Voie du ZEN au quotidien. » , précédé de la pratique de la méditation Vékidjo
  6. Lasseube, Centre Zen des Pyrénées :
    1. 19 février à 20H30 : «  Comprendre les comportements humains, naissance de la compassion ? »
    2. 26 mars à 20H30 ; « Notre conscience peut-elle évoluer ? »
    3. 30 avril à 20H30  : «  Le sixième sens, cet inconnu ».
    4. 4 juin à 20H30 : « La méditation, un accès à une autre conscience ? ».
    5. 2 juillet à 20H30  : « Homo Sapiens, une des espèces sur Terre, rapport des Hommes et du reste de la Nature : l’interdépendance. ».
    6. 12 août à 20H30 : « Développer l’écoute pour mieux communiquer, être avec son prochain et partager ».
    Catégorie : Conférences  | Un commentaire
    Auteur :
    • 1 février 2011
    Premier colloque : Violences et Société
    Vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 avril 2011 à Paris, 21 conférenciers issus de la société civile, scienti?que, spirituelle, martiale et politique se reunissent dans l’amphythéatre Jean Dame à Paris pour le premier colloque international du FIPAM.

    Le thème de cette année est : VIOLENCES et SOCIÉTÉ

    Une vingtaine d’interventions variées seront réalisées avec des spécialistes venues d’Espagne, du Canada, de Suisse et de France. Des débats auront lieu afin que le public participe.

    Conjointement au colloque, une projection et une exposition d’art sera réalisée :

    « CIRCLE OF IRON », film méconnu, écrit par Bruce Lee, avec David Carradine et Christopher Lee sera projeté le vendredi 22 octobre.

    Des expositiosn agrémenteront le colloque. Au programme les peintures de Féodor Tamarsky et les scuptures d’Elisa Lejars ainsi qu’une éxposition de livres à laquelle les auteurs pariciperont en dédicaçant leurs livres.

    Toute l’équipe du FIPAM sera heurese de vous accueillir de partager ce moment unique avec vous.

    Présentation du colloque (Thierry Plée, fondateur du Fipam)


    La violence est-elle indissociable de l’humanité ?

    De la violence sociale des révolutions industrielles européennes à celle des pays émergeants, de la violence éducative familiale à la violence urbaine,
    de la violence faite aux femmes à celle faite à l’environnement, des conflits armés internationaux au brigandage, la violence –ou plutôt les violences– semble être le lot quotidien de l’espèce humaine.

    Ce premier colloque organisé par le FIPAM se veut un pont entre les mondes civils, politiques, sociaux. Un pont entre les pratiques physiques, spirituelles, éducatives et l’univers de l’exigence scientifique. Un pont entre des acteurs qui se méconnaissent mais qui, pourtant, œuvrent dans un même objectif.

    Pendant deux jours, nous tenterons de répondre aux multiples questions que sollicite ce vaste sujet :
    • Qu’est-ce que la violence ? • Quelles en sont les sources ? • Quelles en sont les formes ? • Quels en sont les lieux ? • Qui peut produire les violences ? • Comment sont-elles vécues ? • Sont-elles universelles ? • Comment les prévenir ? • Comment ne pas les produire ? • Comment les éviter ? • Comment les transformer ? • Violences envers les enfants, les femmes, les anciens…
    • Violences en milieux professionnels, sportifs… • Les violences d’hier et
    d’aujourd’hui, culturelles ou humaines ? • Les réponses envisageables…

    Venant d’horizons culturels et intellectuels différents, des spécialistes québécois, espagnols, suisses et français du comportement humain partageront avec le public et entre eux leurs analyses, leurs expériences et leurs solutions.

    Du vendrdi 1er avril au dimanche 3 avril, trois journs d’échanges fraternels vous sont proposées pour participer à la construction d’un monde moins en souffrance et plus épanouissant.

    Programme (ce programme est temporaire et donc sujet à modification)


    Vendredi 1er avril 2011 : en guise d’introduction au colloque

    20 h 15 à 20 h 30 — Présentation du film CIRCLE OF IRON
    (The Silent Flute), écrit par Bruce Lee.
    Christophe Champclaux, spécialiste du cinéma d’action.

    20 h 30 à 22 h 15 — Projection du film CIRCLE OF IRON
    (version originale sous-titrée français)

    Film méconnu écrit par Bruce Lee, James Coburn et Stirling Silliphant, Circle of Iron (aussi connu sous le titre The Silent Flute) est un des premiers films présentant les arts martiaux comme une réponse à la violence.

    Samedi 2 avril 2011

    9 h à 9h 15  — Ouverture du colloque et introduction.
    Thierry Plée, président et fondateur du FIPAM, éditeur, professeur de judo.

    9 h 15 à 9 h40 —    Définition et étymologie de la violence. Psychologie et violence en entreprise. Grandir dans les quartiers dits « à risques ».
    9 h 40 à 9 h 55 —    Échanges avec le public.
    Michael Said, psychologue social et cognitif, ergonome, intervenant en faculté, formateur (gestion des conflits, stress…).

    9 h 55 à 10 h 20 — Histoire et sens des budô (arts martiaux).
    9 h 40 à 9 h 55 —    Échanges avec le public.
    Henry Plée, pionnier du karaté en Europe, expert en plusieurs arts martiaux, chevalier de la Légion d’Honneur et Médaille d’or de la Jeunesse et des Sports

    10 h35 à 10 h 50 — L’homme moderne et ses cerveaux déséquilibrés.
    Extraits des travaux, lus par Marie Savary, du professeur Paul Chauchard, décédé, président honoraire de la Sorbonne, neurobiologiste et neuropédagogue, philosophe et enseignant français, auteur de livres.

    11 h 05 à 9 h 25 —    Transformer l’ego, de tyran aveugle ou éclairé en serviteur de la Paix et de la compassion.

    Comment nous fonctionnons ? Est-on sûr que nos paroles, actes ou comportements engendrent des perceptions constructives et respectueuses? Y-aurait-il des plages de transformations personnelles ?

    11 h 25 à 11 h40 — Échanges avec le public.
    Monto dé Patso, maître zen, dirigeant de l’Université ÊTRE Occident-Orient, fondateur du Zen Vekidjo, de l’Aïdoï et du Vekiyoga. Intervenant en prévention des risques professionnels. Auteur d’ouvrages.

    11 h 40 à 11 h 55 — Société et individus, violences, solidarité, fraternité ?
    Antoine Laborde, éducateur pour jeunes enfants en difficultés personnelles, familiales et sociales. Enseignant d’Aï-Doï, de Vekiyoga et de Zen Veko.

    11 h55 à 12 h 30 — Physique quantique : informations, transferts dans la matière et violences. La tradition, la violence vues au travers de la Kabbale.
    12 h 30 à 12 h 45 — Échanges avec le public.
    Docteur Jacqueline Bousquet, biologiste, physicienne, CNRS. Auteur.

    12 h 45 à 13 h — Échanges entre le public et les conférenciers.

    ———13 h à 14 h — Repas libre.———

    14 h  à 14h25 — La Sécurité des Biens et des Personnes au quotidien.
    14 h25 à 14 h 40 — Échanges avec le public.
    Éric Phelippot, conseiller en sécurité, formateur en gestion de conflits, gestion de stress et en self-défense. Professeur d’arts martiaux D.E.

    14 h 40 à 15 h 05 — L’urbanisme et le vivre ensemble. La violence infligée à la nature. Les sportifs de haut niveau et la violence.
    15 h 05 à 15 h 20 — Échanges avec le public.
    André CAZETIEN, maire honoraire de la ville nouvelle de Mourenx (Pyrénées Atlantiques), instituteur à la retraite, parolier et écrivain, lauréat du Concours Littéraire des Arts et Lettres de France 2004 pour l’ensemble de son œuvre.

    15 h 20 à 15 h 45 — Quel monde voulons-nous pour nos descendants ? Quelle intention mettons-nous dans nos actes éducatifs ?
    15 h 45 à 16 h — Échanges avec le public.
    Dominique Campagna, thérapeute en réorganisation neurofonctionnelle et rééducation psychosensorielle Vittoz. Formatrice méthode Vittoz, pédagogie vivante Rudolph Steiner, aide à la jeunesse en difficulté dans la banlieue est de Lyon.

    16h15 à 16 h 40 —    La non-violence au niveau international via les actions de l’ONU. (non confirmé)
    16h40 à 16h55 — Échanges avec le public.
    Jean-Marc Epelbaum, ancien Président de la commission de la non-violence à l’ONU, pratiquant d’Aikibudo.

    16 h 55 à 17 h 20 —    L’évolution de la violence dans les manifestations sportives, la montée des disciplines de contact, la violence et les agressions sexuelles dans le haut niveau. (non confirmé)
    17 h20 à 17 h 30 — Échanges avec le public.
    Jacques Vieillard, membre du ministère de la Jeunesse et des Sports, BEES 3e degré karaté, professeur de sport au CREPS IDF, pratique les arts martiaux depuis 1971, coauteur d’ouvrages.

    17 h 35 à 17 h50 — Échanges avec le public et les conférenciers.

    (En cas d’annulation de la projection du vendredi)
    18 h05 à 10 h 50 — Intervention de Christophe Chamclaux
    18 h20 à 20 h 05 — Projection du film

    Dimanche 3 avril 2011

    9 h à 9 h 15 —    Et si nous nous gouvernions autrement ? Attitude, comportements, gestuelle et relationnel dans les disciplines de type « budô ».
    Charles Aubert, professeur de mathématiques.

    9 h 15 à 9h40 — La non-fatalité de la violence, l’espoir grâce aux disciplines éducatives orientales.

    N’est-il pas erroné de parler d’arts martiaux en lieu et place de Budo et de Wushu? N’est-il pas souhaitable de revenir aux sources, en s’appuyant sur les traditions bouddhistes et taoïstes, pour comprendre l’essence pacifique des Budo et du Wushu? Peut-on parler de pratique des arts martiaux (sans confondre avec les sports de combat ) en occultant toute référence culturelle ou en se coupant de la spiritualité?

    9h40 à 9 h 55 — Échanges avec le public.
    Serge Mairet, journaliste et traducteur d’ouvrages sur les Classiques chinois, exerce l’anthropologie des techniques du corps à la Fondation de Rothschild, à Paris, autour d’un programme de recherche sur la prévention de la douleur et de la sénescence. Successeur de Tong Juo Shiang, il a donné à la méthode qu’il enseigne le nom de Yuan Qi Tao, Voie du Souffle Primordial, auteur d’ouvrages.

    9h55 à 10h20 — Pertinence du karaté pour contenir la violence des jeunes et l’importance des rites.

    Si les cultures humaines nous montrent que la violence est constitutive de l’identité, selon les formes qu’elle prend, elle entraîne une structuration dans l’ordre du groupe ou au contraire une dégradation des liens sociaux. Le karaté-do, comme travail sur la violence, n’est-il pas par le jeu de la ritualisation une manière de structurer les parcours vers l’insertion sociale et la socialité ?

    10h20 à 10h35 — Échanges avec le public.
    Pascal LE REST est docteur en ethnologie et ethnométhodologue. Auteur de nombreux ouvrages et directeur de collection aux Editions L’Harmattan, il est un acteur engagé dans l’espace public pour défendre les questions sociales autour de la jeunesse. Il travaille notamment en qualité de Conseiller technique à l’ADSEA77 et est chargé de cours à l’université de Tours.

    10h50 à 11 h 15 — Arts martiaux et la violence sublimée.
    11h15 à 11h30 — Échanges avec le public.
    Gérard Baron. Professeur de judo, aïkido et karaté. Expert en : Bujutsu, Taihojutsu, Budokaï, Karate-do, Kaisendo et Tambo. Auteur d’ouvrages.

    11h30 à 11 h 55 — Empêcher d’être blessé sans blesser. En situation de violence, quelles actions ? (non confirmé)

    De quelle manière l’apprentissage d’une discipline de combat, peut-elle servir à établir l’harmonie avec un agresseur qui ne désire pas l’entente mais, plutôt, causer le chaos ?

    11 h55 à 12 h 10 — Échanges avec le public.
    José Santos Nalda Albiac, professeur d’aïkido, de judo et de kuatsu en Espagne, dessinateur humoriste et industriel, créateur de la méthode aiki-control, auteur de plus de 40 ouvrages sur l’aikido, le zen, le bu-jutsu, le shiatsu et le zen, médaille d’argent du mérite sportif (Espagne).

    12 h 10 à 12 h25 — Échanges entre le public et les conférenciers.

    ———12 h25 à 13 h40 — Repas libre.———

    13 h 40 à 14 h 05 — L’espéranto et les arts martiaux : contre la violence, pour le respect.

    Le langage, vecteur de culture peut être « impéraliste », comment un langage international peut conduire au respect entre les cultures ? Les arts martiaux pour nos jeunes d’Occident : comment un apprentissage exotique et prestigieux peut les mener au respect ? Quels ont été les liens entre les maîtres fondateurs de Oomoto au Japon et de l’aïkidô et quels apports ?

    14 h 05 à 14 h 20 — Échanges avec le public.
    Mireille Grosjean, 38 ans d’enseignement (langues, histoire, géo) dans des écoles publiques avec des adolescents de 14-15 ans. professionnelle en résolution des conflits. Spécialiste en éducation interculturelle; co-fondatrice et co-présidente  de l’Association Suisse des Éducateurs à la Paix.  Ceinture noire d’aïkidô. Traductrice d’Ikeda Sensei durant 15 ans.

    14 h 20 à 14 h45 — Les arts martiaux comme moyen de socialisation. À quelles conditions ?

    Au printemps 2010 s’est tenu au Québec un colloque sur le thème arts martiaux, sports de combat et interventions psychosociales. Quelles thématiques ont été abordées par les conférenciers ?
    Quelles conclusions est-il possible de dégager ? Quels liens pouvons-nous établir avec le colloque de la FIPAM ?

    14 h45 à 15 h — Échanges avec le public.
    Jacques Hébert est professeur à l’École de travail social de l’université du Québec à Montréal. Ses champs de spécialisation sont la jeunesse et la prévention de la violence. À titre de praticien-chercheur, il a mis sur pied plusieurs projets jumelant le karaté-do et le travail social auprès de jeunes en difficulté.

    15 h à 15 h 25 — Les politiques et le phénomène de la violence. (non confirmé)
    15 h 25 à 15 h 40 — Échanges avec le public.
    Karim Zeribi, directeur de la régie des transports de Marseille, élu politique, intervenant aux Grandes Gueules (RMC ), footballeur.

    15 h 40 à 15h55 — Échanges entre le public et les conférenciers.
    15 h 55 à 16 h 20 — Débat de clôture.
    Jacques Hébert et Thierry Plée

    En marge du colloque


    — Repas de fin de colloque (sur inscription préalable, compter une trentaine d’euros tout compris) (non confirmé)

    — Expositions permanentes

    Durant tout le colloque, vous pourrez profiter de plusieurs expositions :

    • Une exposition de livres consacrés au sujet sera à la disposition des auditeurs.

    Les conférenciers auteurs d’ouvrages seront, lors de chaque pause, disponibles pour dédicacer leurs livres.

    • Deux expositions d’art :

    Sculptures d’Elisa Lejars.
    Née en 1955 en France, elle a passé son enfance au Canada. Assistante d’aïkido pour aider les jeunes générations en participant à leur éducation et leur bien-être. « Ma recherche ne s’expose pas par une sculpture mais par un ensemble d’œuvres qui tentent d’explorer les signes qui peuvent être compris et ressentis. Force, énergie, contemplation, éducation sont réunis dans ma collection ». Son site internet : www.arts-espace.com

    Peintures de Féodor Tamarsky.
    Né à Moscou en 1954, il est artiste peintre et professeur de karaté. Il sort en 1979 de la faculté de réalisation et mise en scène de l’école supérieure « Studio » du théâtre académique de Moscou. Parallèlement, depuis 1977, Féodor se forme à l’école centrale de karaté de Moscou « Sane ». Ses œuvres se retrouvent dans des collections privées en Russie, aux États-Unis, Canada, Italie, France… ainsi que dans les collections des musées d’État russes de Novgorod et Pskov. Son site internet : www.artsglobe.com

    Lieu du colloque et des expositions


    SALLE DE CONFÉRENCE JEAN DAME
    17 Rue Léopold Bellan
    75002 Paris

    Parfaitement située au cœur de Paris, la salle Jean Dame nous a déjà accueillis pour notre Gala d’ouverture en novembre 2009. La station de Métro la plus proche est  « Sentier » mais la station « Les Halles » ne se trouve qu’à quelques rues.

    Inscription


    Pourparticiper au colloque, une inscription préalable est indispensable car nous n’avons que 200 places de libres.

    Contacter :

    Sylviane Lazennec — 05 59 04 21 04 — s.lazennec.colloque@fipam.org

    Formulaire d’inscription :

    Télécharger le formulaire

    Auteur :
    • 12 février 2007

    http://www.ladepeche.fr/article/2007/02/19/383749-spiritualite-et-le-zen-devient-occidental.html

    ——————————————————————————————————————–

    Spiritualité. Et le zen devient occidental

    Ce soir à l’espace Diagonal.

    Né cinq siècles avant Jésus Christ sur les contreforts de l’Himalaya dans l’actuel Népal, le Zen n’a cessé depuis de se développer, gagnant d’abord la Chine et le Japon avant de franchir le Pacifique pour devenir depuis la fin des années « 70 » une véritable mode aux États-Unis puis en Europe. Lundi soir, à partir de 20 heures à l’espace Diagonal, c’est une pratique du Zen strictement occidentale que nous propose de découvrir Daniel Lazennec, alias Maître Monto de Passo. Fondateur en 2000 de cette nouvelle discipline de méditation Monto de Passo a choisi de dégager le Zen de ses influences extrêmes orientales pour évoluer vers une pratique qu’il juge plus en phase avec les contraintes de la vie en Europe. Pour marquer cette rupture et son attachement à un enseignement universaliste, c’est en Espéranto qu’il a choisi de définir sa nouvelle discipline baptisée Zen Vékidjo (la voie de l’éveil en Espéranto).

    Depuis plusieurs années Daniel Lazennec enseigne dans le centre Zen de Laseube près de Pau dans les Hautes-Pyrénées. A Toulouse, le Zen Vekidjo compte pour l’instant moins d’une dizaine de pratiquants qui se retrouve au dojo « Le dragon vert » situé rue Ernest Jeanbernat, face à la gare Matabiau.

    C’est ce nouveau Zen postmoderne résolument en rupture avec la tradition japonaise de ses origines pour s’adapter aux postures et aux modes de vie occidentales qui sera présenté ce soir.


    Pour en savoir plus

    La conférence de Daniel Lazennec aura lieu ce soir à 20 h 00 à l’espace Diagonal, 18 rue des sept troubadours. Une participation de dix euros sera demandée aux participants.

    Les personnes qui désireraient pratiquer ensuite le Zen Vékidjo au dojo « Le dragon vert » de la rue Jeanbernat devront acquitter une cotisation mensuelle de 30 euros.